Histoire Mythes Religions

Histoire Mythes Religions

Le Passé du Présent.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» L’extermination une valeur sûre de la république
Hier à 0:51 par Oûtis

» FN, vers la fin de la diabolisation
Lun 2 Jan 2017 - 2:16 par Juvénal

» Musiques indiennes
Lun 2 Jan 2017 - 2:07 par Juvénal

» Dictionnaire des mécréants
Lun 2 Jan 2017 - 2:00 par Juvénal

» ISLAM: Le mensonge du pèlerinage
Mer 28 Déc 2016 - 16:05 par Oûtis

» vidéo yézidis
Lun 26 Déc 2016 - 10:07 par Oûtis

» François Hollande Prix de l'Homme d'Etat de l'année
Jeu 29 Sep 2016 - 6:54 par Oûtis

» Les pères fondateurs de la construction Européenne
Mar 20 Sep 2016 - 15:30 par Juvénal

» La France en 481à l'avènement de Clovis
Lun 12 Sep 2016 - 16:10 par Oûtis

» La Coupo Santo- Hymne provençal
Mer 17 Aoû 2016 - 9:04 par Juvénal

» LA NOVLANGUE
Lun 18 Juil 2016 - 8:48 par Juvénal

» Dernière lettre d'un poilu à sa femme
Jeu 14 Juil 2016 - 14:54 par Oûtis

» MOUSELAND - Au pays des souris
Jeu 14 Juil 2016 - 7:30 par Oûtis

» Contre le métissage
Lun 11 Juil 2016 - 14:07 par Oûtis

» L'Occitanie, qu'es aquo?
Dim 10 Juil 2016 - 7:54 par Oûtis

» Une liste de PROSCRITS
Dim 3 Juil 2016 - 11:17 par Oûtis

» Les compteurs LINKY La mort à domicile
Mer 29 Juin 2016 - 13:41 par Oûtis

» Franc-Maçonnerie et Islam
Mar 28 Juin 2016 - 6:42 par Oûtis

» Le Brexit
Lun 27 Juin 2016 - 14:22 par Oûtis

» Des Juifs dans la collaboration
Mar 17 Mai 2016 - 7:14 par Juvénal

» Il invente son agression antisémite
Sam 14 Mai 2016 - 7:29 par Oûtis

» La presse libre n'existe pas
Ven 29 Avr 2016 - 9:01 par Oûtis

» Les chèvres de l'OM
Dim 24 Avr 2016 - 20:22 par Oûtis

» Sylvie Andrieux Députée condamnée
Dim 24 Avr 2016 - 11:57 par Juvénal

» Grande Guerre Les russes à Marseille
Dim 24 Avr 2016 - 1:23 par Oûtis

» Lettre d'un prêtre aux journalistes
Dim 24 Avr 2016 - 0:47 par Merytaton

» Des perles rares
Lun 18 Avr 2016 - 11:01 par Oûtis

» Roland Dumas
Sam 9 Avr 2016 - 9:42 par Juvénal

» [Dieudonné] de retour sur scène
Sam 9 Avr 2016 - 8:58 par Juvénal

» La vérité sur l'Arche de Noé
Sam 19 Mar 2016 - 8:07 par Oûtis

Navigation

Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher

Forum
Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 L'habit du musulman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oûtis
Admin


Masculin Nombre de messages : 247
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: L'habit du musulman   Sam 17 Jan 2015 - 13:41

L'habit du musulman dans les pays non musulmans

Le statut de base en matière d’habillement est la licéité, c’est-à-dire qu’il est licite de porter les vêtements qu’on veut — je dis bien à la base —, que ces vêtements soient fabriqués par des musulmans ou des non musulmans.
(...)
L’habillement est en effet une question qui relève à la base de l’habitude et non pas de l’adoration -sauf pour le port du blanc à propos duquel il y une recommandation prophétique, sans l’obliger- et la charia est tolérante et large à ce sujet.

Seulement la charia a émis certaines règles concernant l’habillement qui sont plus des règles qui l’orientent vers une voie de juste mesure que des règles restrictives. Le Prophète a dit en effet : « Mangez, faites des dons et portez des vêtements sans excès et sans en tirer vanité. » [1] Ibn `Abbâs a dit : « Mange ce que tu veux et porte les vêtements que tu veux tant que c’est loin de l’excès et de la vanité. »  

Parmi les règles que la charia a assignées à l’habillement, il y a celles-ci :

• L’interdiction aux hommes de porter des vêtements en soie et de l’or.
Les vêtements ne doivent pas être fabriqués à partir de matières impures comme la peau du porc avec une divergence entre les madhab sur la licéité des peaux des bêtes qui ne sont pas licites à la consommation.

• Le vêtement doit cacher la nudité, il doit être assez large pour cacher les rondeurs du corps, surtout au niveau du bas du dos et les cuisses pour les hommes, et ne doit pas être transparent.

Abû Hurayra a dit : « L’Envoyé d’Allah a maudit l’homme qui s’habille en femme et la femme qui s’habille en homme. »  

• Il ne doit pas dépasser les chevilles et à fortiori il ne doit pas traîner par terre ; Abû Sa`îd rapporte que le Prophète a dit : « Le manteau du musulman doit lui arriver à la mi-jambe. Nul grief s’il descend jusqu’aux chevilles, sans la dépasser, car ce qui descend au-dessous des chevilles est destiné au Feu. Quant à celui qui laisse traîner son habit par orgueil, Allah ne daignera même pas le regarder. »  

• Le vêtement ne doit pas attirer l’attention. L’Envoyé d’Allah a dit en effet : « Celui qui porte un vêtement tapageur dans ce monde, Allah le vêtira d’un vêtement d’humiliation le Jour de la résurrection. »  

• Celui qui porte des vêtements de luxe par rapport à la société où il vit, de sorte qu’on voit bien que c’est par ostentation ou pour se montrer supérieur, celui-là dépasse les bornes en matière d’habillement et encourt la menace proférée dans le hadith ci-dessus. C’est d’ailleurs ce sens qui vient à l’esprit quand on médite ce hadith, à savoir le péché par excès, mais il existe un autre sens que les fuqaha n’ont pas omis de souligner, à savoir le péché par défaut. J’entends par là le port de vêtements usés et de mauvaise qualité d’une manière qui attire les regards dans l’intention de faire ostentation de son ascèse et de sa dévotion ou pour montrer qu’on est très pauvre et susciter la pitié des gens.

L’imâm Ash-Shawkânî a dit : « [Le vêtement tapageur] est tout vêtement qu’on porte pour attirer les regards vers soi, qu’il s’agisse d’un vêtement qu’on porte pour se vanter de jouir des biens de ce monde et de ses parures ou d’un vêtement à vil prix qu’on porte pour montrer ostentatoirement qu’on est un ascète. » [6]

L’imâm As-Sarakhsî (référence dans le madhab hanafite) a dit : « Ce qui relève de la voie prophétique est qu’il n’est pas permis de porter des vêtements de très haute qualité de manière à attirer les regards et il n’est pas permis de porter des vêtements usés de manière à attirer les regards. Le premier relève de l’excès et le deuxième relève de la parcimonie et la meilleure des choses est celle du juste milieu »  

L’imâm Sufyân Ath-Thawrî a dit : « Les pieux prédécesseurs réprouvaient les deux vêtements qui attirent les regards : les vêtements de haute qualité qui distinguent leur porteur du commun des gens et suscite leur curiosité et les vêtements de très mauvaise qualité qui suscitent le mépris de leur porteur et de sa religion. »  

• Il entre aussi sous la menace proférée dans ce hadith le port de vêtements inhabituels par rapport au pays dans lequel on vit. Dans son explication du sahîh d’Al-Bukhârî, Ibn Battâl a dit : « Ce qu’il convient de faire, c’est de porter pour chaque époque les vêtements portés par les gens de cette époque tant que le port de ces vêtements n’enfreint pas les règles de la religion, car le fait de se distinguer des gens dans leur tenue vestimentaire est une forme d’ostentation. » La même chose a été dite par le shaykh `Abd Al-Muhsin Al-`Abbâd dans son explication de ce hadith [9]

`Adiyy b. Al-Fadl a dit : « Ayyûb As-Sakhtiyânî (éminent successeur des Compagnons -tâbi`î-) m’a dit : “ Fabrique-moi des sandales exactement comme celles que portait l’Envoyé d’Allah . ” Je l’ai fait et il les porta pendant quelques jours, puis les abandonna. Je lui en ai demandé la raison et il me répondit : “ Je n’ai pas vu les gens porter de telles sandales. ”  

• Al-Husayn a dit : « Yazîd Al-Yâmî portait un burnous. J’ai entendu par la suite Ibrâhîm An-Nakha`î (successeur de Compagnons, imâm dans le hadith) lui reprocher le port de cet habit. Je lui ai dit : “ Les gens l’avaient pourtant porté. ” Il me dit : “ Certes, mais ils sont tous morts. Si quelqu’un le porte aujourd’hui, les gens ne cesseront de parler de lui et de le montrer du doigt ” » [11]

L’imâm Ahmad a vu un homme portant un vêtement en étoffe rayée blanc et noir et lui dit : « Enlève cet habit et porte les vêtements habituels de ton pays. »  

Certains musulmans portent le turban dans un pays qui n’est pas habitué à ce vêtement. Cela ne convient pas parce que, d’une part, il attire les regards et risque de susciter l’ostentation dans le cœur de celui qui le porte et, d’autre part, parce que le port du turban fait partie des coutumes de certains pays et non pas un acte d’adoration en soi et tous les hadiths sur le mérite du turban sont soit des hadiths de faible autorité canonique -da`îf- soit des hadiths inventés de toutes pièces. J’ajoute que si le turban caractérise dans certains pays les gens de science ou les imâms de mosquées en particulier, il n’appartient pas au commun des gens de les imiter.

• Certains peuvent objecter que le Prophète portait un turban. A cette objection je réponds que le turban était une habitude chez les Arabes de l’époque. Certes, lors de sa conquête de la Mecque, le Prophète est entré dans la cité en portant sur la tête un turban noir, mais sous ce turban il a tressé ses cheveux en formant quatre tresses comme le rapporte Umm Hâni’ d’après un hadith authentique [13]. Tresser ses cheveux est-il une habitude ou une adoration ? Beaucoup de frères font malheureusement la confusion entre une habitude et une adoration comme ils font la confusion entre une habitude et une innovation en matière de religion -bid`a- qui est encore un long sujet.

Il ne doit pas ressembler au vêtement caractéristique des mécréants, des associateurs et des pervers, de sorte que si quelqu’un le porte, quiconque le voit comprend que c’est un chrétien, un bouddhiste, un hindouiste, un sikh, un débauché ou autre comme par exemple le turban porté par les sikhs, la kippa, la tenue des prêtres, etc. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la parole suivante du Prophète : « Celui qui essaie de ressembler à des gens est considéré comme étant un des leurs. » [14]

Le Comité Permanent des Recherches Religieuses et de La Délivrance de la Fatwa de l’Arabie Saoudite a donné la réponse suivante à une question en rapport avec l’imitation des mécréants dans la tenue vestimentaire : « La religion désigne par l’imitation interdite des mécréants leur imitation dans ce qui leur est caractéristique comme habitudes et ce qu’ils ont inventé en matière de religion parmi les doctrines et le culte comme le fait de les imiter dans le rasage de la barbe, le port de la ceinture des moines chrétiens, leurs fêtes et cérémonies… » ils ont cité d’autres exemples puis ils ont dit : « Quant au port du pantalon, de la veste et d’autres vêtements de ce genre, il faut savoir que le principe de base concernant les différentes sortes de vêtements est la licéité, car elles relèvent des habitudes. Allah — exalté soit-Il — a dit en effet : Dis : “ Qui donc a déclaré illicite la parure venant d’Allah qu’Il a produite pour Ses serviteurs ainsi que les choses bonnes qu’Il leur a accordées en subsistance ? ” [15] On excepte à ce titre les choses dont l’interdiction ou la réprobation -karâha- a été prouvée par les arguments scripturaires comme le port par les hommes de la soie, du vêtement transparent qui laisse entrevoir la couleur de la peau, du vêtement serré qui montre les contours de la nudité qui est d’ailleurs la même chose que le fait de la dévoiler et donc c’est interdit. Il en va de même pour les vêtements qui caractérisent proprement les non musulmans ; il n’est pas permis de les porter aussi bien aux hommes qu’aux femmes, car le Prophète a interdit de les ressembler, et aussi pour le port par les hommes des vêtements de femmes et vice-versa en raison de l’interdiction du Prophète aux hommes de ressembler aux femmes et vice-versa.
• Le port de ces vêtements qui s’appellent le pantalon et la chemise ne sont, cependant, pas des vêtements propres aux non musulmans, mais ce sont des vêtements portés par toute personne qu’elle soit musulmane ou non et ce, dans la plupart des pays. Et si dans certains pays, les musulmans répugnent au port de ce genre de vêtements, c’est parce qu’ils n’y sont pas habitués et parce que cela contrevient aux coutumes de leurs habitants en matière d’habillement quoiqu’il soit conforme aux habitudes d’autres musulmans.
• Si le musulman se trouve dans un pays dont les habitants ne sont habitués à ce genre de vêtements (le pantalon, la veste, etc.), il faut mieux qu’il ne les porte pas, que ce soit dans la mosquée, les réunions ou dans la rue.

A Allah incombe notre réussite ! Prière et paix sur notre Prophète ainsi que sur sa famille et ses Compagnons. »  

Nous connaissons une époque d’explosion vestimentaire qui ne reconnaît pas les frontières, si bien que certains vêtements sont devenus universels, tout le monde les porte, que ce soit les chrétiens, les juifs, les athées, les bouddhistes et les musulmans dans la plupart de leurs pays. Le fait que le musulman les porte constitue-t-il une imitation des mécréants ? La réponse est non. Seulement il faut qu’ils obéissent aux règles précitées (ils ne doivent pas être transparents, ni serrés, ni fabriqués de soie pour les hommes, etc.).

• Il faut savoir que les habitudes changent avec le temps et l’Islam tient compte de ces changements. L’usage commun ou le `urf comme l’appellent les fuqaha influe sur le statut et la qualification juridiques. [17]

A propos des coussins rouges de selle comportant de la soie que le Prophète a interdits, Ibn Hajar a dit : « Si nous supposons que la raison de leur interdiction est le fait de ne pas ressembler aux romains et aux perses -a`âjim-, c’est alors une interdiction pour un intérêt religieux. Or c’était quelque chose qui les caractérisait à cette époque-là alors qu’ils étaient mécréants. Aujourd’hui, ce genre de coussin n’est plus un symbole qui les caractérise, il n’y a donc aucune raison de ne pas l’utiliser et la réprobation n’a plus de raison d’être en vigueur. » [18]

Je conseille les frères qui veulent se distinguer par leur tenue vestimentaire de porter les vêtements que portent les habitants du pays où ils vivent en respectant les règles précités. La charia a élargi la voie du licite en matière d’habillement et a laissé ce domaine aux habitudes des gens et à leur culture, et il n’appartient à personne de rendre étroit ce qu’Allah a élargi en vertu de Sa miséricorde.

• Je crains que le port de cette tenue ne suscite de la fatuité, de l’orgueil, ou de l’ostentation dans le cœur de son porteur, ou de l’illusion d’être une copie conforme des pieux prédécesseurs ou faisant partie du groupe sauvé, surtout si cette tenue caractérise un groupe déterminé de la communauté musulmane comme les tabligh, les soufis ou les moudjahidin, chose qu’il ne faut pas faire même dans un pays musulman.

Je crains qu’avec le temps et avec les regards curieux des gens et leur méfiance — dans une société où les médias nourrissent l’islamophobie — que le porteur de ce genre de tenue ne se sente très gêné et ne démissionne complètement. Le Prophète a dit : « Cette religion se caractérise par la facilité ; quiconque, cependant, fait preuve d’un rigorisme excessif en matière de religion sera vaincu par cette religion. » [19]

• Je crains que cette tenue ne constitue un obstacle pour trouver un emploi et ne réduise son porteur au chômage, tendant sa main aux services sociaux, ce qui n’est pas digne d’un musulman qui est censé avoir la main active qui donne et pas la main passive qui reçoit.

• Je crains que le port de cette tenue ne trahisse une compréhension déviée du dogme de l’alliance et du désaveu -al-walâ’ wa-l-barâ’- fondée sur une lecture superficielle des épîtres des anciens savants de Nejd comme le shaykh Muhammad b. `Abd Al-Wahhâb, les fils de celui-ci, `Abd Ar-Rahmân b. Hasan, `Abd Ar-Rahmân b. `Abd Al-Latîf, Hamad b. `Atîq et d’autres. A cause de cette lecture superficielle qui ne tient compte ni du contexte ni du pays où on vit, certains considèrent la distinction par la tenue vestimentaire comme un pilier du dogme de l’alliance et du désaveu, sans quoi la foi serait imparfaite, voire nulle. Cela n’est pas vrai.

Voici ce que dit Ibn Taymiyya dans son livre iqtidâ’ as-sirât al-mustaqîm (1/472-472) : « Si un musulman se trouve dans un pays en guerre contre les musulmans -dâr harb- ou dans un pays de mécréants qui n’est pas en guerre contre les musulmans, il n’est pas tenu de se distinguer d’eux dans l’aspect extérieur en raison du mal qui peut l’atteindre. Bien au contraire, il est préférable au musulman, voire obligatoire, de s’associer, parfois, à eux dans certaines pratiques extérieures quand c’est pour un intérêt religieux comme le fait de les appeler à l’Islam et d’autres objectifs louables.

(...)

والله أعلم والصلاة والسلام على نبينا محمد وعلى آله وصحبه

Muhammad al-Maghribî (Mohammed Karimi)

_________________________
Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 
L'habit du musulman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'habit religieux
» Comment devenir musulman(ne)
» Le divorce et ses effets néfastes sur le musulman
» L'accueil des étrangers, Musulman ou autre.
» comportement d'un musulman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoire Mythes Religions  :: LE MONDE DES RELIGIONS :: Islam-
Sauter vers: